RECTIFICATION Soirée vidéo

R E C T I F I C A T I F
Bonsoir à tous

ATTENTION : suite à un problème de salle la soirée vidéo se passera dans la

SALLE MUNICIPALE DES CHIRONS  66 avenue François Mitterrand à Olonne sur  Mer

Si non rien d’autre ne change dans l’information ci-dessous.  Bonne lecture.

A l’attention de toutes les adhérentes et de tous les adhérents.

Comme prévu sur la feuille des dates à retenir que vous avez pris soin de reporter sur votre agenda ou sur votre calendrier, ce jeudi soir 28 mars rendez-vous à 18h salle des Riaux pour la soirée vidéo proposée par Michel Arnoud avec projection du film ‘’ le Fanfaron’ dont le titre évoque l’humour : début de la projection à 18h15, voir en pièce jointe une critique de ce film.

Ce jeudi soir après le film pour ceux qui le désirent, nous pourrons prendre en commun le repas que vous aurez pris le soin de vous préparer.

Comme toujours vous devez nous signaler votre présence à la projection du film mais également  si vous restez après pour le repas en commun. Même si cette soirée est gratuite pour les adhérents et conjoints (même non adhérent(e)s), vos réponses nous facilitent l’organisation. 

Par retour de mail ou par SMS à Michel Naud au 06 89 43 83 91 ou Jocelyne Parenti  au 06 72 57 46 14 .

Très cordialement à tous.

Pierre  06 72 80 28 91

 

Le Fanfaron – la critique du film

Reprise le 3 octobre 2018 – restauration 4K réalisée en 2016 par la Cinémathèque de Bologne et lʼInstitut Luce-Cinecittà en collaboration avec LCJ Productions (laboratoire LʼImmagina Ritrovata)

Lʼargument : Un Méditerranéen très en verve, désinvolte, charmeur et… fanfaron, fait la connaissance dʼun étudiant en droit studieux, timide et complexé. Il va lui faire vivre deux jours de randonnées trépidantes de Rome à Viareggio…

page1image23545888

Notre avis : Coécrit par Ettore Scola, Ruggero Maccari et Dino Risi, Le Fanfaron est un sommet de la comédie italienne. La première originalité du scénario est dʼopposer le tempérament fantasque de Bruno, quadragénaire immature, qui vocifère au volant de sa Lancia Aurelia frôlant les deux cents à lʼheure, à la personnalité introvertie de Roberto,

emmené malgré lui dans une virée qui le dépasse. Le duo formé par Vittorio Gassman (prodigieux) et Jean-Louis Trintignant fonctionne à merveille, mais on ne saurait limiter le film au brio de son jeu dʼacteurs ou à lʼefficacité de ses quiproquos. Les péripéties sont certes pittoresques et la faune côtoyée par les deux hommes est prétexte à des scènes savoureuses : on retiendra surtout les retrouvailles entre Roberto, son ex- épouse (Luciana Angiolillo), et leur fille (Catherine Spaak).

Photo promotionnelle proposée par (C) Splendor Films

Cette dernière est sur le point dʼépouser Bibi (Claudio Gora), un sexagénaire fortuné et rangé, au grand dam de Bruno dont la fantaisie sʼaccorde mal avec cette vision de la vie. Mais sous ses apparences de road movie boulevardier, rythmé par une bande musicale avec tubes dʼépoque (Saint Tropez Twist), lʼœuvre est dʼune causticité réjouissante et la société italienne des Trente Glorieuses en prend pour son grade. En fait, Dino Risi renvoie dos à dos le mode de vie hédoniste de Bruno et les aspirations conformistes de Roberto, la superficialité des adeptes de la

page3image23553792

dolce vita et lʼunivers étriqué des petits bourgeois ancrés dans leurs certitudes.

page4image23554624

Photo promotionnelle proposée par (C) Splendor Films

Et si lʼon rit beaucoup pendant la projection, le récit devient souvent amer, jusquʼà son dénouement tragique et inattendu. La démarche de Dino Risi annonce ici son film à sketches Les Monstres, satire au vitriol réalisée un an plus tard. Mené de main de maître, ce Fanfaron réussit donc à distiller un malaise certain, au-delà de son formidable potentiel comique.